Embarquement pour l'Afrique avec Titouan Lamazou (3/3)

Cette année, le navigateur et peintre Titouan Lamazou propose aux collèges et aux lycées de Midi-Pyrénées un projet inédit : embarquer avec lui pour l'Afrique à la rencontre des jeunes Touaregs des pays du Sahel. Une aventure rendue possible grâce aux outils numériques, et en particulier l’ENTmip.

l'eau une ressource rare

L'eau, une ressource rare

 

Un voyage cela se prépare !

Comment s’associer au voyage de Titouan Lamazou ? Rien de plus simple ! Il est proposé aux collèges et aux lycées de réaliser une ou plusieurs activités en lien avec le voyage de Titouan Lamazou, autour de la thématique de l’eau notamment.

Pourquoi ce choix ? «  Parce que l’eau, est une préoccupation universelle », rappelle le navigateur. « Et faire travailler des élèves du Nord (ceux de Midi-Pyrénées) et ceux du Sud (Sahel) va permettre d’échanger, de confronter les points de vue et les perceptions. »

Il pourra s’agir d’une activité très ponctuelle, avec des modalités très variées : réalisation de dessins, d'objets, écriture d’un conte ou d’une pièce de théâtre, organisation d’un événement au profit des élèves du Niger (cross solidaire, exposition photo etc.), réalisation d'une ressource numérique...Tout est possible ! L’essentiel est de pouvoir approfondir sa connaissance de l’autre.

 

 

L’objectif : rassembler les travaux au sein d’un recueil d'expériences

L’an passé, Titouan Lamazou avait déjà effectué un test pour mettre en relation écoles du Nord et écoles du Sud. Deux classes avaient pu échanger par Skype, l’une au Mali, une région francophone, et l’autre dans la région de Toulouse. « Très vite, on s’est aperçu que les enseignants n’intervenaient plus dans les conversations entre les élèves. Et on se rend compte que les préoccupations d’un jeune Toulousain et d’un jeune de Tombouctou sont très proches ! »

Pour cette année, l’équipe de Titouan Lamazou souhaite conserver et enregistrer, grâce au numérique, une trace de ces échanges entre Nord et Sud. L’idée d’un recueil numérique a ainsi germé. Il reprendrait les travaux des chercheurs produits lors du voyage, les photos, dessins et textes de Titouan Lamazou issus de ses rencontres, ainsi que les ressources et activités produites par les élèves du Nord et du Sud, et leurs professeurs : films, interviews, dessins etc.

 

En pratique

Ce projet s'adresse à  l’ensemble des collèges et lycées de Midi-Pyrénées, de l'enseignement général, technique et professionnel, et l’enseignement agricole.

Au printemps 2015, les enseignants et les élèves auront la possibilité de vivre le voyage de Titouan Lamazou et son équipe. Des photos, dessins et vidéos seront régulièrement postées sur le portail ENTmip de l'Académie de Toulouse, dans la rubrique dédiée.

En amont et en aval du voyage, les établissements qui souhaitent embarquer sont invités à effectuer des activités en lien avec le voyage, traitant notamment de la thématique de l'eau. Il peut s'agir d'une activité qui existe déjà dans l'établissement, et dont le sujet se rattache à l'expédition de Titouan Lamazou.

Durant le voyage, les élèves pourront poser leurs questions à Titouan Lamazou, à l’équipe de chercheurs spécialistes de la région qui l’accompagne, ainsi qu’aux jeunes des écoles nigériennes impliquées dans le projet. Ils auront ainsi l'opportunité unique d'approfondir le sujet sur lequel ils travaillent.

Toute l'équipe de la MANE et les pôles d'appui sont mobilisés sur ce projet pour accompagner les établissements dans la mise en oeuvre de leurs activités. Afin de permettre à l’Académie de recenser leurs besoins, les établissements intéressés sont invités à se faire connaître en remplissant le formulaire en ligne dans la rubrique dédiée au voyage (portail académique ENTmip) ou en suivant ce lien

Il permettra également à Titouan Lamazou, aux chercheurs et à l'équipe de l'IEP de Toulouse, partenaire du projet, d'avoir une idée du nombre de collégiens et lycéens qui suivent le voyage, et de connaître les projets sur lesquels ils travaillent.

 

source : semaine mondiale de l'eau

Aucun commentaire pour le moment.

Modifier le commentaire 

par les partenaires de l'ENTmip le 03 mars 2015 à 16:18

haut de page